• Accueil
  • > Recherche : fauteuil club noir
( 10 septembre, 2014 )

Un fauteuil club

fauteuil-club-cuir-bradford-z

Nous voilà partis, nous avons mis nos plus beaux vêtements, les plus classes, costume pour lui, robe noir moulante et talon haut pour moi. Des tenues qui, nous le savons, sont les plus sexy aux yeux de l’autre.

Nous voilà partis, des billets plein les poches, le monde à nos pieds, le soleil levé…

Enfin, le voilà, notre premier achat sera lui, un beau fauteuil club ! Une place, non pas un deux places pour s’affaler l’un près de l’autre mais un une place pour prendre soin de celui qui s’y calera. Un objet banal aux yeux de tous mais qui signifiera toujours le premier sentiment que nous avons eu l’un pour l’autre, le désir, perturbant, chavirant de ce long regard au premier au revoir…

On le découvre, on le caresse, on ne se regarde pas, en tout cas moi, je fuis tes beaux yeux, nous sommes dans un lieu publique, cette belle boutique, et je me sentirais nu, si je le faisais.

Tu t’y assois, j’ai le ventre brûlant, je t’imagine, pour les jours à venir, un verre de Baileys à la main, dans ta maison de campagne… d’autres images se bousculent, indécentes…

C’est ok, ce sera celui-là ! Tu sors ta liasse, on repart avec.

Comme promis, on le porte tous les deux, on le charge dans la voiture, et on roule sans rien dire, une chanson de ton choix défile…

Arrivés à ton adresse, il y a un ascenseur mais non, on prend l’escalier… jusqu’au quatrième, concentrés, malgré ta veste, malgré mes talons.

Tu ouvres la porte, nous y sommes, quelques essais et ce fauteuil club trouve sa place.

Je t’y pousse sans douceur afin d’y réaliser mes fantasmes, te voir là, Homme, beau, fort, viril, parfait, prêt à recevoir mes plus chaudes envies… Je desserre ta cravate sans quitter ton regard. Sans un mot, je te retire tes chaussures mais te laisse tes chaussettes afin que tu n’aies pas froid aux pieds, aucun désagrément ne doit gâcher ce qui va suivre….

La suite, ça vous tente ?

|