( 6 juillet, 2018 )

Ma très chère amie

Il y a bien longtemps, trop longtemps que nous ne nous sommes plus rencontrées.

Ou étais-tu tout ce temps ?

Perdu entre diverses activités qui occupaient tout mon temps…tu m’as manqué.

Nous revoila donc au même point, constatant combien le vie est dur et douce, difficile et drôle, entre une grande blague, du cinéma et du tragique…

Les enfants grandissent et tu ne t’en rends compte qu’a de fugace moment, tu ne sais qu’en penser, les regardes tu assez ? tu t’en occupes, mais les écoutes tu suffisamment ? que penseront il de leur enfance, comment décriront il cette drôle de maman, instable et pleine de surprise, de bonnes comme de mauvaises, capable du meilleur comme du pire ?

Et ta mère, que dit-elle de cette fille perdue qui sourit comme elle pleure au gré de ses humeurs ?

Des amours, qui transportent son cœur, sa vie, qui emportent tout ou qui délaisse, délasse et pleure.

Seule ta banquière est toujours du même avis. Trop de dépense, pas assez d’entrée

Comment te décrirais tu ? généreuse ou égoïste ? non, non, arrête avec cette pensée binaire, tu es égoïste avec certain, à certain moment, et généreuse avec d’autres à d’autres moment.

Et ceux qui te font souffrir, le font il pour que tu t’améliores ou par jalousie ?

Si l’autre pleure, tu réconforte, si l’autre rit, ca t’agace un peu, mais si tu ris, l’autre fait en sorte que tu pleures….tu es belle, tu es pleine de joie et d’énergie, et forcément ca fait des jaloux alors, on te brise, te laisseras tu faire ???

NON ! promets moi que, non,

Alors, je te le promets !

Je suis voués[ll1]  à mourir, comme tout le monde, alors je te le promets, personne n’éteindra cette flemme qui brule, qui me faire rire et râler, qui me fais faire plutôt que t’attendre, je te le promet, je vais me battre et gagner, gagner ma joie et mon bonheur, que les tristes et les écorchés aillent se faire foutre il ne m’auront pas !

Très bien, je suis ravie de t’avoir revue, nous n’avons pas besoin de nous épanchées plus que ça, tu sais que je sais que tu sais ;

Bon vent à ma meilleure amie pour la vie, moi-même !

 


 [ll1]

Pas de commentaires à “ Ma très chère amie ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|